THÉRAPEUTE spécialisé Jeunes Adultes (18-34 ans)
Thérapie Brève et Accompagnement Projet Professionnel pour les 18-34 ans à Paris 20ème et en Visio

Estime de soi et Anxiété chez les jeunes


 

CHAPEAU L’estime de soi est un sujet particulièrement aigu du fait de l’accélération du changement social  qui génère une instabilité de l'image de soi favorisant l'anxiété.

L'estime de soi est un sujet central chez les jeunes adultes, depuis des décennies. Il est particulièrement aigu depuis 20 ans du fait de l'accélération du changement social mise en avant par Hartmut Rosa dans son livre "Accelération" qui génère une instabilité de l'image de soi.

J'explorerai dans cet article les liens entre l'ESTIME DE SOI et l'ANXIETE

Les facteurs liés à l'estime de soi qui favorisent l'anxiété.

L'estime de soi est une notion assez vague et générale, tout comme la confiance en soi et plutôt que de l'analyser en tant que telle, il me semble important de considérer en quoi une faible estime de soi constitue un problème.  Le lien entre l'estime de soi et l'anxiété qui est une souffrance, identifiée et mesurée par des symptômes a été étudié par Morris Rosenberg un chercheur américain dans les années 1960. Rosenberg a établi une echelle qui permet de mesurer l’estime de soi de manière standardisée chez les personnes, utilisée aujourd’hui pour mesurer l’estime de soi des individus.  

Grâce à une étude faite sur une population étudiante, il a identifié 4 facteurs principaux qui peuvent contribuer à transformer une faible estime de soi en sentiment d'anxiété.

  1. l'instabilité de l'image de soi - Plus l'image de soi est mouvante, incertaine, plus la part des étudiants montrant plusieurs symptômes de type anxieux augmente.

  2. la "présentation de soi" - les personnes qui ont une estime de soi faible, adoptent des "façades", des "masques" pour paraître en société différents de ce qu'ils ressentent. p.ex. Paraître extraverti quand on ressent de la timidité… La construction de cette façade, ce personnage génère de l'anxiété car elle nécessite un effort de contrôle important et fabrique un stress sous-jacent de faire une erreur par rapport à son personnage, et de briser le masque.

  3. la vulnérabilité - Rosenberg met en évidence que les personnes avec une faible estime de soi ont tendance à

    1. être plus sensibles à la critique

    2. être dérangés par le fait que d'autres ont une mauvaise opinion d'eux

    3. être perturbés par une faible performance atteinte sur une actions qu'ils ont entreprise

    4. amplifier la conscience qu'il ont d'un "défaut" de leur personne

  4. le sentiment d'isolement psychique - les jeunes adultes qui se déprécient peuvent mettent selon Rosenberg en place 2 tentatives de solution qui sont

    1. le retrait dans un monde imaginaire dans lequel ils voient, se sentent estimés

    2. le port d'un masque spécifique pour apparaître avec une estime de soi supérieure à celle qu'il ressent.

La conséquence de ces deux stratégies de compensation sont effectivement un isolement psychique et social augmenté. Et l'isolement, à son tour est un terrain favorable pour l'angoisse car il prive le sujet du partage et soutien lié aux relations aux autres. Le sujet peut ainsi se sentir plus aisément menacé par le monde.

Les jeunes adultes aujourd'hui sont plus fortement exposés à ces 4 facteurs​

J'exemplarise l'aggravation de certains de ces facteurs dans notre société contemporaine et pour les jeunes adultes en particulier.

- L'instabilité de l'image de soi généralisée pour les nouvelles générations

L'identité des jeunes adultes se construit de la manière suivante au fur à mesure des expériences et non plus sur un socle d'identité et de schémas préexistants.

P.ex. Le schéma, “je fais des études → je me marie → je deviens parent” peuvent être pour certains une base, et se trouve maintenant supprimé et remplacé par des incertitudes, des décisions à prendre.

  • "je fais des études" est remplacé par "je dois étudier tout au long de ma vie"

  • "je me marie" est remplacé par "mes relations de couple seront potentiellement multiples en partenaires et orientation sexuelle et incertaines dans la durée"

  • "je deviens parent" est remplacé par une question éthique sur le sens de mettre des enfants aux mondes"

On voit donc que l'image de soi basée sur un diplôme, un role stable dans la relation de couple et un rôle de parent, est maintenant beaucoup plus variable, fluide, instable…

On peut ajouter à ces éléments que les projets personnels sont ouverts, fragmentaires, expérientiels, que les âges de la vie ne sont plus liés à des activités (tomber amoureux, se former..), que les perturbations dans le cadre de vie ne sont plus exceptionnelles mais habituelles.

Le Soi est devenu un "Soi relationnel" de situation, mouvant, et ainsi la probabilité de se sentir anxieux est plus forte.

Ce facteur me semble être celui qui est le plus structurel dans l'évolution de notre société et impactant sur l'estime de soi et les angoisses.

- La présentation de soi aggravée par les réseaux sociaux

Je ne développe pas ce point qui est largement traité, notamment le rôle des réseaux sociaux qui incitent les jeunes à se présenter des profils et des vies améliorées, en modifiant les images, ne présentant que les événements positifs et en les magnifiant… Ce phénomène est amplifié par une compétition effrénée entre les profils, pour présenter un masque générant le plus d'estime (de "likes") possibles.

- La vulnérabilité accentuée par l'éthique

Dans l'absolu les jeunes adultes aujourd'hui sont plus exposés à la critique notamment car l'éthique vient jouer une rôle sur un nombre grandissant de sujets :

  • les comportements de consommation - plastique, bio, avion, viande…

  • les choix de carrière - social, entreprise "éthique", qualité des relations au travail

  • les relations aux autres - respect, écoute, valorisation, genre, diversité

  • et d'autres

En parallèle, ils sont aussi moins sûrs de leurs choix et donc plus vulnérables à la critique.

- L'isolement psychique facilité par la technologie

Ce facteur est devenu plus puissant du fait de la disponibilité dans le creux del a main de nombreuses options de retrait dans un monde imaginaire, avec d'abord les jeux vidéos, puis les flux vidéos, puis la réalité virtuelle et probablement d'autres évolutions technologiques à venir. Même si l'on peut noter que contrairement au monde imaginaire pur de l'esprit ou la personne est physiquement seule, dans les jeux vidéos multi-joueurs peuvent aussi s'établir des relations.

On identifie donc bien pourquoi l'angoisse des jeunes adultes prend des proportions inconnues jusqu'à présent et que derrière les terme d'estime de soi et d'angoisses se cachent un certain nombre de problèmes et de tentatives de solution distincts.

liens

https://www.psychologue.net/articles/lechelle-de-rosenberg-calculer-lestime-de-soi

https://www.docdroid.net/Vt9xpBg/society-and-the-adolescent-self-image-morris-rosenberg-1965-pdf


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Le Blizzard Mental

24 Jan 2024

Le Blizzard mental
 
Deux contenus m’ont mené à vouloir développer la notion de Blizzard et de voile mental.
Premièrement la chanson de Fauve “BLIZZARD" que ...

La dé-stimulation

31 Oct 2023

 

La dé-stimulation
Les neurosciences sont très à la mode et on analyse scientifiquement de mieux en mieux comment notre cerveau “répond” à différents sitmu...

Le choc du changement de ville ou de pays

15 Août 2023

Sortie du foyer familial,
Déménagement Province/Pays étranger -->Paris
 
Pour de nombreux étudiants et jeunes diplômés originaires de province ou venant de l'étranger, Paris reste une destinati...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.